Menu

The Surge 2 The Kraken [DLC] – Pas de repos pour la ferraille

0 Comment


Nous trépignions d’impatience de parcourir ce DLC de The Surge 2. Déjà, parce que le second opus est de meilleure qualité que le premier avec un univers mieux maîtrisé et un gameplay perfectionné. Ensuite, parce que les deux contenus additionnels du premier opus sont d’excellente facture, plongeant le joueur dans un véritable tourbillon créatif. The Walk in The Park et The Good, The Bad, and The Augmented propulsent le joueur dans deux sous-scénarios complètement loufoques mais totalement assumés, le tout avec un humour et une difficulté bien dosés. On sentait véritablement une prise de liberté des équipes de chez Deck13 Interactive. Et le format DLC convient parfaitement à cette volonté de sortir des sentiers battus pour explorer d’autres horizons moins conventionnels, quitte à partir dans un délire futuriste. Tout ça pour dire que nous attendions The Kraken afin d’évaluer si la magie mécanique opérait toujours.


Thursday January 01, 1970

Un semblant d’ambiance
Déjà, il faut savoir que le DLC The Kraken n’est pas une suite à l’aventure principale, mais bien une mission facultative. Une fois le DLC téléchargé, vous recevrez automatiquement un message vous demandant de secourir le vaisseau VBS Krakow à la merci de terribles pirates. Pour s’y rendre, direction le Port Nixon, débarrassez-vous d’une poignée d’ennemis des environs et un canot vous transportera jusqu’au vaisseau. En ces lieux de désolation, un mystérieux virus (encore un) a pris le contrôle, décimant les habitants du beau quartier volant. En réalité, le VBS Krakow est un vaisseau de riches privilégiés échappant à la misère du monde réel (un peu à la Elysium ou à la Gunnm pour les fins connaisseurs). Toujours est-il que le contexte du DLC promet le meilleur et coïncide parfaitement avec l’univers global de The Surge 2. On précise au passage qu’un contenu additionnel (scénarisé) doit également être évalué en ayant en tête sa matière d’origine. S’imbrique-t-il bien au jeu principal ? Constate-t-on une certaine incohérence ? Il faut ainsi dissocier le fond de la forme pour une évaluation pertinente. Une ambiance très 90s se dégage du niveau inédit. On prend plaisir à explorer le lotissement ravagé et à étriper ces pirates mécaniques. Malheureusement, l’illusion se dissipe et l’ambiance ressentie disparaît bien trop rapidement.


Thursday January 01, 1970

Mais qu’est-ce qui s’est passé ? Pourquoi ce revirement soudain de position alors que tout présageait le meilleur ? Le DLC The Kraken de The Surge 2 souffre d’une durée de vie bien trop courte pour proposer une ambiance durable. Pourtant, il y a tout pour. Mais les développeurs n’ont pas assez exploité toutes les possibilités qu’offrait ce contexte si prometteur. Manque de temps ? D’idées ? On se posera souvent cette question en enchaînant d’une traite ce DLC. On a dénombré seulement deux nouveaux sets d’armures, quatre types d’ennemis (incluant quelques variantes) et deux boss, ça fait peu. Comptez environ 2h30. Alors oui, 2h30 pour un prix fixé à 11,99€, c’est déjà limite, mais au-delà de ça, The Kraken ne fait qu’effleurer une thématique intéressante, un monde fascinant. On en ressort frustré, frustré de n’avoir que ça à se mettre sous la dent. Idem pour le propos mis en avant. The Kraken pose une problématique moderne portant sur le libre arbitre des robots. Un sujet, à la limite de la philosophie, qui a parfaitement sa place dans The Surge 2. Mais le sujet n’est pas assez traité pour mériter notre contentement. Bref, la frustration, encore. Et pour couronner le tout, rien qu’avec le nom du DLC, on s’attendait à un affrontement final épique. Spoiler : il n’en est rien.


Thursday January 01, 1970

Attention, le DLC est loin d’être mauvais et convaincra tous les joueurs de The Surge à la recherche de nouveaux membres à trancher. Mais quel dommage. Quel dommage de voir tout ce potentiel gâché. Avec une heure supplémentaire de jeu, le DLC aurait la profondeur nécessaire pour s’imposer. En l’état, The Kraken reste une expérience agréable, mais facilement oubliable.

.IRPP_kangoo , .IRPP_kangoo .postImageUrl , .IRPP_kangoo .imgUrl , .IRPP_kangoo .centered-text-area { min-height: 100px; position: relative; } .IRPP_kangoo , .IRPP_kangoo:hover , .IRPP_kangoo:visited , .IRPP_kangoo:active { border:0!important; } .IRPP_kangoo { display: block; transition: background-color 250ms; webkit-transition: background-color 250ms; width: 100%; opacity: 1; transition: opacity 250ms; webkit-transition: opacity 250ms; background-color: #e6e6e6; } .IRPP_kangoo:active , .IRPP_kangoo:hover { opacity: 1; transition: opacity 250ms; webkit-transition: opacity 250ms; background-color: #e6e6e6; } .IRPP_kangoo .postImageUrl , .IRPP_kangoo .imgUrl { background-position: center; background-size: cover; float: left; margin: 0; padding: 0; } .IRPP_kangoo .postImageUrl { width: 30%; } .IRPP_kangoo .imgUrl { width: 100%; } .IRPP_kangoo .centered-text-area { float: right; width: 70%; padding:0; margin:0; } .IRPP_kangoo .centered-text { display: table; height: 100px; left: 0; top: 0; padding:0; margin:0; } .IRPP_kangoo .IRPP_kangoo-content { display: table-cell; margin: 0; padding: 0 10px 0 10px; position: relative; vertical-align: middle; width: 100%; } .IRPP_kangoo .ctaText { border-bottom: 0 solid #fff; color: #2C3E50; font-size: 13px; font-weight: bold; letter-spacing: .125em; margin: 0; padding: 0; text-decoration: underline; } .IRPP_kangoo .postTitle { color: #000000; font-size: 16px; font-weight: 600; margin: 0; padding: 0; } .IRPP_kangoo .ctaButton { background-color: #e6e6e6; margin-left: 10px; position: absolute; right: 0; top: 0; } .IRPP_kangoo:hover .imgUrl { -webkit-transform: scale(1.2); -moz-transform: scale(1.2); -o-transform: scale(1.2); -ms-transform: scale(1.2); transform: scale(1.2); } .IRPP_kangoo .imgUrl { -webkit-transition: -webkit-transform 0.4s ease-in-out; -moz-transition: -moz-transform 0.4s ease-in-out; -o-transition: -o-transform 0.4s ease-in-out; -ms-transition: -ms-transform 0.4s ease-in-out; transition: transform 0.4s ease-in-out; } .IRPP_kangoo:after { content: “”; display: block; clear: both; } À lire :The Surge: A Walk in the Park [DLC] – L’attraction de la mort
L’article The Surge 2 The Kraken [DLC] – Pas de repos pour la ferraille rédigé par Drakyng est issu de New Game Plus.

Tags: