Menu

Test Romancing SaGa 3 – Mieux vaut tard que jamais ?

0 Comment


Une fois n’est pas coutume, nous voici à nouveau face au déterrage d’un JRPG de la bonne vieille époque, où tout ce qui provenait du Japon était vénéré et pris en exemple dans les conversations musclées entre joueurs passionnés. Romancing SaGa 3 fait donc partie de ces titres emblématiques dont on a entendu parler, que certains privilégiés se procuraient en import, mais que la majorité n’a jamais pu avoir entre les mains.
Si certains titres bénéficient d’un remake intégral pour compenser le poids des années (décennies dans le cas présent), Romancing SaGa 3 ressort quant à lui nature peinture pour tenter de séduire les joueurs nostalgiques d’une époque désormais lointaine. Cela est-il cependant suffisant ?
(Test Romancing SaGa 3 réalisé sur Nintendo Switch à partir d’une version fournie par l’éditeur)


Thursday January 01, 1970

Un jeu qui devait pousser la Super Nintendo dans ses derniers retranchements
Les JRPG ont pour beaucoup souvent eu le chic de s’affubler d’un numéro pour indiquer aux joueurs où en était la série, quand bien même il n’existait absolument aucun lien entre les épisodes. De ce fait, en entendant parler de Romancing SaGa 3, vous avez dû vous poser cette question légitime : puis-je jouer au 3 sans avoir fait les précédents ? Eh bien oui, sans aucun problème, car à l’instar d’un Final Fantasy, hors exception, il ne s’agit aucunement d’histoires liées les unes avec les autres.
Inspiration ou pas, tout comme dans l’excellente œuvre de dark fantasy Berserk, vous allez vous retrouver dans un univers frappé par un phénomène appelé l’éclipse, et si vous avez un peu lu l’œuvre de Kentar? Miura, vous devez déjà savoir que cet événement n’aura rien d’une sinécure pour les héros de cette aventure. Cet événement, qui a lieu tous les 300 ans, avait déjà pu être contré par le passé, par celle que l’on appela la Matriarche, et alors qu’un nouveau héros de la destinée semble promettre une nouvelle ère de paix, nous voici propulsés au cœur de cette aventure.
Alors, nous n’allons pas entrer dans les détails scénaristiques, car il existe une multitude de trames possibles. Vous trouviez Octopath Traveler innovant dans son approche ? Eh bien Romancing Saga 3 en faisait déjà autant à son époque, proposant des histoires indépendantes pour chaque héros, qui se trouvent être au nombre de 8. Vous les voyez déjà venir les dizaines d’heures de jeu potentielles ? Malgré tout, nous sommes loin de la modernité des jeux actuels et il va falloir vous accrocher pour suivre les différentes péripéties proposées. Dans Romancing SaGa 3, le joueur n’est à aucun moment pris par la main, vous devez suivre chaque dialogue pour en tirer tous les indices utiles à la prochaine étape de votre aventure, et ne pas vous attendre à être guidés par un petit point sur une carte. Sincèrement, revivre une expérience aussi abrupte en 2019 est vraiment déroutant dans les premières heures, et pour certains joueurs, cela pourrait même être synonyme d’abandon quant à cette expérience d’un autre âge.


Thursday January 01, 1970

Difficile, revêche, mais non dénué de charme
Pour autant, Romancing SaGa 3 possède encore certains arguments pour vous convaincre de ne pas lâcher la manette trop rapidement. Déjà, son lifting HD est absolument magnifique et nous montre qu’à l’époque, la Super Nintendo devait certainement cracher tout ce qu’elle avait sous le capot pour faire tourner un jeu pareil. Les couleurs sont encore superbes, le pixel art est de grande qualité, et la direction artistique n’a rien à envier aux autres jeux de référence de l’époque. Le coup de neuf HD est par ailleurs de très bonne facture, et esquive admirablement la catastrophe qu’avait pu être Chrono Trigger sur PC et mobile.
Aussi, le jeu nous offre une incroyable liberté d’action dès le départ, et procure une sensation de liberté et d’aventure vraiment grisante. Il n’est pas possible de naviguer en marchant sur une carte du monde, mais au fur et à mesure que l’on avance, différents lieux se débloquent sur la carte, proposant divers embranchements scénaristiques, et donnant accès à de nouveaux dialogues auprès de PNJ présents en nombre. Vous pouvez vous rendre facilement d’un endroit à l’autre si cela n’est pas trop éloigné de votre lieu actuel, mais attention, car si vous décidez de voyager dans des contrées lointaines, il vous en coûtera une jolie somme pour vous y rendre par bateau par exemple.


Thursday January 01, 1970

Nulle aventure sans monstres à affronter, et en plus d’un bestiaire très varié, vous allez découvrir un système de jeu qui, pour l’époque, était vraiment très dynamique, notamment grâce à une régénération des PV après chaque combat. Alors que dans beaucoup de RPG il fallait souvent revenir en arrière dans le cas où vous vous retrouviez sans potion pour régénérer vos PV après les affrontements, dans Romancing SaGa 3, vous avancez à un rythme soutenu sans vous retourner, et n’aurez qu’à vous soucier de la vie de vos héros durant les combats. En contre-partie, bien entendu, les joutes ne sont parfois pas simples à gérer, les adversaires frappent très fort, et c’est justement pour ça qu’il sera conseillé de bien vous préparer en termes d’équipement, en amont.
Les sortilèges et autres capacités particulières se débloquent avec la montée des niveaux, et pour ce qui est des armes et armures, tout est modifiable dans la limite de ce que peuvent porter vos personnages, sachant que vous aurez un malus sur votre rapidité d’action si vous portez une charge trop lourde comme cela peut être le cas dans un jeu de rôle papier. D’ailleurs, c’est dans le même esprit lorsqu’un de vos héros meurt. Il ne meurt en fait pas vraiment, se retrouve juste à terre, et c’est seulement s’il se fait frapper au sol à plusieurs reprises qu’il en viendra à trépasser.

Enfin, nous avons regretté que pour cet épisode tant aimé des fans, nous ne bénéficions que d’un simple lifting HD. Alors oui, un peu de contenu a été ajouté pour cette version, avec des quêtes supplémentaires par exemple, mais cela reste anecdotique. Un new game + est désormais présent pour qui aurait le courage de relancer plusieurs parties, c’est un plus indéniable, mais pour un peu plus de 30 euros, nous n’en attendions tout de même pas moins. Quelques bonus supplémentaires auraient été les bienvenus, c’est dommage.
.IRPP_kangoo , .IRPP_kangoo .postImageUrl , .IRPP_kangoo .imgUrl , .IRPP_kangoo .centered-text-area { min-height: 100px; position: relative; } .IRPP_kangoo , .IRPP_kangoo:hover , .IRPP_kangoo:visited , .IRPP_kangoo:active { border:0!important; } .IRPP_kangoo { display: block; transition: background-color 250ms; webkit-transition: background-color 250ms; width: 100%; opacity: 1; transition: opacity 250ms; webkit-transition: opacity 250ms; background-color: #e6e6e6; } .IRPP_kangoo:active , .IRPP_kangoo:hover { opacity: 1; transition: opacity 250ms; webkit-transition: opacity 250ms; background-color: #e6e6e6; } .IRPP_kangoo .postImageUrl , .IRPP_kangoo .imgUrl { background-position: center; background-size: cover; float: left; margin: 0; padding: 0; } .IRPP_kangoo .postImageUrl { width: 30%; } .IRPP_kangoo .imgUrl { width: 100%; } .IRPP_kangoo .centered-text-area { float: right; width: 70%; padding:0; margin:0; } .IRPP_kangoo .centered-text { display: table; height: 100px; left: 0; top: 0; padding:0; margin:0; } .IRPP_kangoo .IRPP_kangoo-content { display: table-cell; margin: 0; padding: 0 10px 0 10px; position: relative; vertical-align: middle; width: 100%; } .IRPP_kangoo .ctaText { border-bottom: 0 solid #fff; color: #2C3E50; font-size: 13px; font-weight: bold; letter-spacing: .125em; margin: 0; padding: 0; text-decoration: underline; } .IRPP_kangoo .postTitle { color: #000000; font-size: 16px; font-weight: 600; margin: 0; padding: 0; } .IRPP_kangoo .ctaButton { background-color: #e6e6e6; margin-left: 10px; position: absolute; right: 0; top: 0; } .IRPP_kangoo:hover .imgUrl { -webkit-transform: scale(1.2); -moz-transform: scale(1.2); -o-transform: scale(1.2); -ms-transform: scale(1.2); transform: scale(1.2); } .IRPP_kangoo .imgUrl { -webkit-transition: -webkit-transform 0.4s ease-in-out; -moz-transition: -moz-transform 0.4s ease-in-out; -o-transition: -o-transform 0.4s ease-in-out; -ms-transition: -ms-transform 0.4s ease-in-out; transition: transform 0.4s ease-in-out; } .IRPP_kangoo:after { content: “”; display: block; clear: both; } À lire :Test Octopath Traveler – Un J-RPG qui sent bon les 90’s

Romancing SaGa 3 mettait à l’époque les petits plats dans les grands pour nous offrir une aventure captivante et peut-être même en avance sur son temps en termes de scénarisation. Mais malheureusement, en 2019, de l’eau a coulé sous les ponts, et un joueur le découvrant à présent n’aura absolument pas la sensation de découvrir l’un des fleurons vidéoludiques d’une époque passée. Pire, le jeu était bien souvent aride en termes d’ergonomie et d’indications, à tel point qu’il pourrait en rebuter plus d’un.
Pour les fans, le jeu vaut-il le coup malgré tout ? Il y a fort à parier que les plus vieux prendront plaisir à revenir dans cet univers à la direction artistique exemplaire, et à l’histoire travaillée. Ils regretteront certainement juste que pour 30 euros dépensés, ils n’aient pas accès à plus qu’un lifting HD.

 
L’article Test Romancing SaGa 3 – Mieux vaut tard que jamais ? rédigé par Danceteria est issu de New Game Plus.

Thẻ: